Le greenwashing ou l’art de nous prendre pour des c…

common-dandelion-331701_1280Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour la brutalité du titre de cet article, mais elle incarne parfaitement ma pensée vis-à-vis de cette pratique qui me scandalise et que je souhaite clairement dénoncer…

Qu’est-ce que le greenwashing?

Il s’agit d’une stratégie marketing qu’une entreprise utilise pour communiquer sur un produit, en mettant en avant un positionnement écologique alors qu’en réalité il n’en n’est rien (ou si peu…). C’est une façon pour elle de redorer son blason et d’améliorer son image vis-à-vis du consommateur non averti qui, par conséquent, va y croire et acheter LE produit en question.

En ce qui me concerne, après plusieurs années d’utilisation de produits bio et naturels, je fais partie de ces personnes qui tombent encore dans le panneau 😦 Je m’en veux à chaque fois de ne pas avoir été assez vigilante et de me retrouver avec un produit horrible sous la main. Dans la plupart des cas je l’utilise bien sûr (sauf si je fais une réaction allergique comme cela m’est arrivé il y a quelques mois), mais à contre-coeur et dans le seul espoir de le terminer le plus vite possible! C’est pour cela qu’il fallait absolument que je vous écrive cet article…

Une stratégie rondement menée…

tube-302745_1280

  • un joli packaging dans des teintes qui évoquent le naturel (vert ou blanc le plus souvent)
  • une illustration en rapport avec la nature : un arbre, une plante, une fleur…
  • des promesses accrocheuses avec des mots-clés comme « sans paraben », « sans silicone », « naturel », « végétal » etc…
  • un jeu de passe-passe qui laisse à penser que la marque possède un label plus ou moins fiable

–> Tous ces points sont des indicateurs à prendre en compte au moment de choisir un produit. En bref : ne vous laissez pas attirer par tout cela, ce n’est QUE du marketing! En effet, qui ne mettrait pas le paquet pour vendre ses cosmétiques? Sauf qu’ici, le consommateur est trompé et c’est cela qui m’insupporte. S’il ne s’y connait pas un minimum, il aura toutes les chances de se laisser prendre au piège…

Des promesses pour cacher la misère…

hand-1549399_1280
« Sans paraben » ne garantit pas un cosmétique clean, loin de là. On y trouve bien souvent d’autres cochonneries nocives pour la peau et/ou l’environnement comme les PEG, le phénoyéthanol, l’EDTA, les sulfates, les dérivés de pétrole etc…

« Sans silicone » cache la plupart du temps un ingrédient qui lui est équivalent : je veux parler des quats. Ils ont le même effet « poudre aux yeux » que les silicones et en plus ils sont polluants. Autrement dit les silicones sont bels et bien présents mais sous une autre appellation du type polyquaternium, et tout ce qui finit en -trimonium. Et hop! Le tour est joué…

Par ailleurs, un produit bio contient parfois des ingrédients discutables qui font que je ne l’achète pas, comme les sulfates par exemple. Tout dépend du label et de la charte qui l’accompagne, certaines étant plus laxistes que d’autres.

Un produit cosmétique peut être formulé à l’aloe vera et c’est tout à son honneur… sauf si cet ingrédient arrive en fin de liste parmi les ingrédients qui le composent. Vous ne pourrez alors pas bénéficier de tous ses bienfaits.

Je vous renvoie également à mon article sur un sérum de la marque Dr Botanicals qui est d’ailleurs l’un des plus lus sur mon blog, mais qui montre aussi ma déception face à ce phénomène de greenwashing.

Vous l’aurez compris, les exemples peuvent s’ajouter les uns aux autres et je suis certaine que vous en auriez à partager vous aussi. Ce phénomène est présent un peu partout : en parfumerie, petites/moyennes/grandes surfaces, parapharmacie/pharmacie, en magasin hard discount, sur internet… et les marques de luxe ne font pas exception. Je crois que le pire dans tout cela, c’est que les marques semblent être bienveillantes avec nous en nous proposant des produits innovants, avec d’excellentes formulations qui ont necessité des années et des années de recherche etc… Du PI-PEAU !!

Marques pratiquant le greenwashing

pencil-1891732_1280

Voici les premières qui me viennent à l’esprit mais j’en oublie certainement :

  • Le petit marseillais
  • L’Occitane
  • Yves Rocher
  • The body shop
  • Séphora
  • Klorane
  • L’Oréal
  • Le Chat
  • Lovéa
  • Bioderma
  • Garnier
  • Naturé moi
  • Sanex
  • Caudalie

Exemples d’achats greenwashing

achats greenwashing

Cette mousse nettoyante Le petit olivier m’a été offerte par ma meilleure amie. Les mentions « sans paraben » et « à l’huile d’olive & aloé vera » attirent l’oeil, ainsi que le packaging très ciblé green, et pourtant on y trouve quand même des PEG. L’huile d’olive arrive en 8ème position suivi par l’aloe vera en 9ème; ce ne sont donc pas des actifs majeurs comme on pourrait nous le faire penser. On peut néanmoins noter les efforts de la marque qui précise son engagement à faire des produits sans paraben, sans phenoxyéthanol et sans colorant. Un bon début mais il m’en faut davantage pour tomber sous le charme…

J’ai acheté ce gel nettoyant pour le visage Planter’s Cosmetica Naturale lors d’une vente privée, sachant que la liste des ingrédients était inaccessible. La notice nous renseigne sur les formulations qui sont « encore plus sûres » car garanties sans paraben, sans silicones, sans PEG, sans dérivés de pétrole ni huiles minérales, sans SLS ni SLES, sans matières premières d’origine animale, sans lanoline, et un parfum formulé pour réduire les risques d’allergie.  Un peu plus loin dans cette notice, on peut lire ce que contient  le produit, enfin, uniquement ce que la marque a décidé de mettre en avant (complexe végétal A3, antioxydants de fruits, argan, aloe etc…). Résultat d’après le décryptage COMPLET : la présence de sulfate, quat et phénoxyéthanol. Quant à l’aloe vera revendiqué sur le packaging, il n’arrive qu’en 20ème position… C’est le fameux produit qui m’a valu une belle réaction allergique à quelques jours de Noël avec des plaques rouges un peu partout sur le visage, comme quoi…

J’ai parlé du gel d’aloe vera Fleurance nature dans un récent article donc je vous laisse aller le lire pour comprendre le pourquoi du comment…

Je crois que cet achat « green » Yves Rocher a été le dernier dans cette enseigne. En effet, ce gommage végétal contient des PEG, des parabens, du phénoxyéthanol et de l’EDTA. Est donc végétal qui veut… Avec ce gommage j’avais eu un échantillon de sérum végétal que je n’ai jamais ouvert puisqu’il contient des silicones, des PEG, du phénoyéthanol, du BHT et de l’EDTA (comme son collègue finalement).

Pour terminer cette série, cette eau de soin hydratante Lovea nature contient de l’EDTA. Je ne sais pas si c’est volontaire, mais chez Monoprix tous les produits soldés ont systématiquement une grosse étiquette orange collée en plein sur la liste des ingrédients donc bon…

Il est vrai que je suis très exigente sur la composition des produits que j’utilise (et dans ma vie en général aussi, hi hi…) et je ne laisse aucune chance à certains composants que d’autres personnes pourraient laisser passer comme les sulfates. Je me fiche même qu’ils arrivent en début ou fin de composition, si je lis leur nom je repose le produit en rayon. Quoi qu’il en soit, vous voyez que ce sont toujours un peu les mêmes ingrédients fautifs qui reviennent.

Eviter les pièges du greenwashing

spider-web-617769_1280
Heureusement, il existe des alternatives pour ne pas vous embourber dans cette toile d’araignée séduisante mais dangereuse que représente le greenwashing :

  • Préférez des produits bio aux mentions exigentes telles que Nature & Progrès qui a un cahier des charges rigoureux.
  • Décortiquez les listes INCI (celles que l’on trouve sur chaque packaging, souvent écrits en miiiiiinuscule) si vous êtes une experte.
  • Dans le cas contraire, je vous renvoie au site « la vérité sur les cosmétiques« , sur lequel vous pouvez vérifier si un ingrédient est bon ou mauvais grâce à un ensemble de smileys. Cela peut sembler fastidieux mais au bout d’un moment on commence à mémoriser les mauvais élèves 😉
  • Faites votre shopping beauté sur le site Slow cosmétique : vous pouvez y aller les yeux fermés!
  • Fabriquez vos propres cosmétiques, car en plus d’être une activité valorisante et ludique, vous saurez exactement ce qu’ils contiennent.
  • Si vous faites vos achats en ligne et qu’en cliquant sur un produit vous ne pouvez pas visualiser la liste complète des ingrédients, passez votre chemin. Une marque qui n’a rien à se reprocher ne fait pas de cachotteries. Idem si la marque ne parle que des actifs d’un produit sans énumérer le reste des composants…

Méfiez-vous de la publicité mensongère et devenez un détective pour vous tourner vers les meilleurs produits, ceux qui sont bons pour vous et pour l’environnement. Et rassurez-vous, il en existe une quantité astronomique! Quant à moi, j’espère que l’on ne my reprendra plus…

 

Publicités

7 réflexions sur “Le greenwashing ou l’art de nous prendre pour des c…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s