Mon séjour raté en République dominicaine

Bien que ce voyage date du mois de février dernier, je me suis dit que la période des vacances était un bon prétexte pour vous parler de mes mésaventures en République Dominicaine. Peut-on parler de séjour raté lorsqu’on se retrouve à l’autre bout du monde sous les cocotiers et parmi les plus belles plages de sable blanc? Et bien la réponse est oui si l’on remet les choses dans leur contexte bien entendu.

Carte géographique République Dominicaine

Nous avons prévu de passer une semaine dans le petit village de pêcheurs de Bayahibe (légendé avec une étoile sur la carte ci-dessus) au sud-est de l’île et ce pour plusieurs raisons :

  • être en bordure de la mer des Caraïbes
  • profiter du côté intimiste du village quand les touristes de la journée sont partis en se baladant à pied en dehors de l’hôtel
  • être au pied du départ de l’excursion menant à la magnifique île de Saona
  • séjourner dans un bungalow
  • s’adonner au snorkeling quotidiennement à la plage de l’hôtel
  • réaliser mon rêve de faire du cheval sur la plage, une prestation justement proposée par l’hôtel que nous avions réservé.

Comme vous le voyez, un beau programme en perspective dans lequel nous nous projetons de plus en plus au fur et à mesure que la date du départ approche.

leaf-1679736_640
A la place nous allons de déboires en déceptions et ce, de façon quotidienne car chaque nouveau jour apporte son lot de surprises.

A commencer par la valise de Monsieur qui n’avait finalement jamais quitté l’aéroport de Paris, puis dans la foulée nous apprenons que notre voyagiste TUI ayant fait du surbooking, nous n’allons finalement pas séjourner à l’endroit prévu… Un autre hôtel étant prêt à nous accueillir, on nous explique clairement que nous n’avons pas à nous plaindre car ce dernier est surclassé. A la place nous nous retrouvons donc à Punta Cana (indiqué par deux éclairs sur la carte) à 1h15 de notre destination initiale sur la côte est (donc côté Atlantique), dans un lieu ultra touristique que nous voulions absolument éviter.

Je continue la liste des points noirs et des petits détails qui, mis bout à bout, continuent de gâcher le séjour :

  • une chambre pas toujours très propre avec une climatisation défaillante vers la fin du séjour (il pleuvait dedans), donnant lieu à une chute assez violente et à des interventions à heure tardive.
  • des spectacles nocturnes de qualité vraiment moyenne qui ne donnaient pas envie de s’y attarder.
  • un hamac (que nous avons dû réclamer alors que toutes les chambres en possédaient un) fixé tellement haut qu’il était inaccessible donc inutilisable.
  • une intoxication alimentaire (probablement) m’a fait vomir toute une nuit et dormir une journée entière, j’ai donc raté la sublime excursion que nous avions réservée.
  • de la pluie les deux derniers jours.
  • une plage avec énormément de vent donc trop dangereux pour y pratiquer du catamaran ou du canoë. Aucun poisson à l’horizon donc les masques et tubas sont restés au fin fond de la valise.
  • un hôtel perdu au milieu de rien ou plutôt, au milieu de voies rapides interminables, donc impossible d’aller se promener à pied à l’extérieur. Autant vous dire qu’après avoir longé la plage le plus loin possible d’un côté puis de l’autre, il n’y a plus rien à faire…
  • pratiquement jamais de serviette de plage disponibles.
  • une responsable du centre de massage au sourire et à l’amabilité inexistante, malgré un pourboire…
  • nous faire miroiter un changement d’hôtel (pour terminer notre séjour là où nous aurions dû loger initialement) puis nous annoncer au dernier moment que finalement cela tombait à l’eau. Dans cette attente nous ne pouvions donc pas nous engager clairement sur les excursions.
  • un wifi très aléatoire.
  • un retard du vol retour nous a fait rater notre TGV et, période scolaire oblige, nous avons dû patienter plus de 7 heures pour avoir le suivant : 25 heures au total pour rentrer de ce voyage interminable!

Plage de l'hôtelGrand oiseau blanc

Chaise longue plage de l'hôtelBarque plage de l'hôtel

Changeons de décor à présent avec la magnifique plage de l’hôtel qui offre un dépaysement total et qui nous installe dans une ambiance de carte postale : sable blanc, mer turquoise, cocotiers, barque de pêcheurs, tout y est! On aperçoit même la barrière de corail au loin au niveau des vagues.

En s’éloignant suffisamment de la plage on constate que ces dernières, lorsqu’elles ne dépendent pas d’un complexe hôtelier, restent à l’état sauvage et sont bien souvent polluées par les touristes qui y laissent volontiers tous leurs déchets. Ces promenades permettent aussi de pouvoir faire de jolies photos sans être dérangés puisque d’un coup on a l’impression d’être seul au monde. Enfin, quelques magasins en bordure ne sont pas sans rappeler la pauvreté qui règne ici, une situation qui me touche et qui opère chez moi une remise en question quant à ma façon de vivre.

Lorsque je fais un voyage en France ou à l’étranger, j’aime toujours revenir avec des produits locaux et artisanaux, qu’il s’agisse d’alimentation ou de cosmétique. La seule opportunité de faire du shopping en dehors de l’hôtel (je ne voulais absolument rien qui soit à l’effigie de Punta Cana puisque ce n’était pas notre destination) est de prendre la navette de la boutique Chez Nicole. Il s’agit d’un magasin sur plusieurs niveaux avec les spécialités du pays : rhum, bijoux en pierre, cigares, produits à base de cacao etc… Pour ma part je souhaitais acheter un bijou en larimar, qui est la pierre nationale par excellence et dont les propriétés sont, entres autres, de calmer les émotions, transmettre les énergies positives, aider à atteindre un état de paix intérieure et stimuler la créativité. Je l’ai trouvé sous la forme d’une bague réversible composée de larimar d’un côté et d’ambre (qui n’est pas une pierre) de l’autre, je ne connaissais absolument pas ce système ingénieux! J’ai aussi acheté une tablette de chocolat au lait, du beurre de cacao ainsi que des petits souvenirs pour ma famille.

piscine naturelle sur bateauArrivée Ile de Saona

Vue plage Saonacatatmaran

Je garde le meilleur pour la fin : la sublissime petite île de Saona qui se contemple plus qu’elle ne se commente… C’est une excursion à double tranchant avec un côté magique, une vue à couper le souffle, l’impression de vivre un rêve éveillé, et de l’autre un tourisme en masse qui vient gâcher l’ensemble. Nous prenons un bateau à moteur depuis Bayahibe pour nous rendre sur l’île. Une étape intermédiaire et incontournable pour y arriver est la piscine naturelle (première photo), un banc de sable à l’eau peu profonde en plein milieu de la mer, qui donne lieu à un spectacle de couleurs féériques. L’inconvénient est que des dizaines d’autres bateaux de tourisme comme le nôtre font de même, donc au final des centaines de personnes se côtoient sur une petite surface avec une musique assourdissante et l’alcool qui coule à flots.

Le périple continue jusqu’à Saona où le trafic des bateaux est permanent et par conséquent le bruit des moteurs aussi (seconde photo). Cette toute petite île ne comprend qu’un village, et de l’autre côté ce sont des transats alignés sous les palmiers, ainsi que des restaurants et hôtels-clubs. Ici, le temps semble s’arrêter, la magie opère, on est comme hypnotisé par tant de beauté, c’est un paradis sur terre. L’eau est cristalline et sa température excellente. Mais le temps file et le retour se fait sur un gigantesque catamaran qui crache de la bachata si fort que toutes les enceintes saturent, un vrai supplice pour les oreilles Les accompagnateurs mettent l’ambiance en nous invitant à danser et en nous offrant du rhum ou des sodas. Le paysage défile, grandiose, on se sent si petit face à ce spectacle…

plage de l'hôtel
Si je voulais faire un bilan de ce voyage, je ne cracherais évidemment pas dans la soupe par rapport aux magnifiques paysages que j’ai pu graver en moi, ni par rapport à la gentillesse et au courage des dominicains.

Mais ce n’est pas du tout ce pour quoi nous avions économisé ni parcouru plus de 8000 km. Rester enfermés dans un hôtel excentré nous a empêché de découvrir un peu de vie locale, comprendre comment les gens vivent, explorer des endroits magiques à proximité etc… alors que notre destination première nous aurait permis de nous éclater chaque jour sans nous déplacer. Bien sûr nous aurions pu prendre un taxi pour nous évader quelques heures par-ci par-là mais ce n’était pas prévu dans notre budget. Heureusement que Saona a rattrapé un peu notre séjour!

Concernant le surbooking, nous savons tous que c’est un procédé qui est pratiqué de façon quotidienne aussi bien dans les hôtels que les trains ou les avions, mais tant que ça ne nous arrive pas personnellement on n’y pense pas vraiment. Dans le cas contraire, sachez que cela peut changer votre séjour du tout au tout, surtout pour des amis ou des familles qui souhaitent se retrouver dans le même hôtel mais qui finalement sont séparés.

En rentrant nous avons rempli un questionnaire de satisfaction auprès du voyagiste, nos réponses étant à l’image de ce que nous avions vécu. Nous avons bien sûr fait une réclamation pour demander un dédommagement suite au préjudice subi, et au bout de plusieurs mois qui semblent durer une éternité, la réponse arrive : « TUI s’est trouvé dans l’impossibilité de vous fournir les prestations hôtelières prévues. Il peut en effet arriver que nos équipes soient amenées, pour des raisons indépendantes de leur volonté, à changer, même après le début du voyage, les hôtels. TUI fait dans ce cas tout son possible pour offrir aux clients des prestations au moins équivalentes à supérieures à celles prévues initialement. Notre représentant sur place a fait le nécessaire pour que votre séjour se passe agréablement. C’est pourquoi nous vous confirmons que TUI a respecté ses engagements. Eu égard au délais de traitement de votre courrier et dans le souhait de renouveler la confiance que vous avez pu nous témoigner lors de ce séjour, nous avons le plaisir de vous offrir une remise totale de 200 Euros à valoir sur le forfait de base d’un prochain voyage. Cette dernière, non remboursable, est valable 1 an à compter de la date de ce courrier sur les brochures Marmara, Nouvelles Frontières, Passion des Iles et brochures « papier » Look Voyages et Circuits Tui de la production TUI France. »

Comment garder son sang-froid face à tant hypocrisie, d’incorrection et de manque de respect? Un geste soit-disant commercial qui nous pousse en réalité à repayer un voyage avec ce même prestataire??? Ils ne doutent de rien, vraiment! Voyez comme nous ne sommes que des numéros, des pantins qu’on manipule pour une question de rentabilité et donc d’argent… Une amie travaillant dans un aéroport me certifie que TUI aurait dû nous prévenir du changement de destination AVANT notre voyage, et nous laisser le choix d’annuler ou non notre voyage. Au lieu de cela nous avons juste eu l’impression d’être constamment pris en otage et totalement impuissants.

J’espère que cet article un peu particulier vous aura permis de découvrir des coins somptueux tout en vous mettant en garde contre les pratiques abusives et illégales dans le monde du tourisme…


4 réflexions sur “Mon séjour raté en République dominicaine

  1. Hello nous sommes allés 2 fois en République Dominicaine toujours dans le secteur de Bayahibe, bien sûr l’île de Saona qui ne m’a pas fait rêver avec un cataman où le rhum coule à flots, la seconde fois hôtel à dimension américaine un tourisme de masse… on a fait d’autres voyages plus enchanteurs, ton expérience avec changement d’hôtel déplorable nous à l’arrivée à Punta Cana on était 30 à ne pas avoir nos valises… au bout d’1/2 h .. restées sur le tarmac…! La mer est belle, les paysages jolis, on a visité St Domingue et on se dit que le tourisme les aide à vivre bisous

    J'aime

  2. tout à fait, je te confirme que le voyagiste doit vous prévenir avant le voyage et vous laisser le choix d’y aller ou pas ! tu peux toujours tenter un recours à la commission voyages, je pense qu’il doit y avoir l’équivalent en france, ou via l’association de consommateurs, ici en belgique ça existe et il y a même un bureau d’avocats qui ne traite que ce type de dossiers – bon courage pour la suite, en tous les cas tes photos m’ont fait rêver parce qu’en ce moment ici il fait limite noir (il est à peine midi) et il pleut toute l’eau du ciel !! bises

    J'aime

    1. Merci pour ton retour et tes pistes de réflexion pour essayer d’aller plus loin même si cela prend du temps et de l’énergie… On est toujours un peu perdu face à ce type de situation. Ravie d’avoir pu te donner un peu de soleil à travers mes photos 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s