9 conseils sur la coloration végétale

Hello ♥

Je suis ravie de vous retrouver après une période bien chargée ! L’article d’aujourd’hui m’a été inspiré par les quelques demandes de conseils que je reçois par mail ainsi que les statistiques de mon blog qui montrent que les articles les plus lus concernent ceux sur la coloration végétale. Comme vous le savez je ne suis absolument pas une professionnelle de la coiffure, je vous partage simplement mes retours d’expérience et mes ressentis qui sont tout à fait personnels. En revanche, je pense être en mesure de vous donner mes recommandations et suggestions pour vous accompagner dans cette démarche green puisque c’est une route sur laquelle je chemine depuis 2015. Je me suis moi-même posé beaucoup de questions car je trouve que l’univers de la coloration végétale n’est pas une « science exacte » et c’est pourquoi elle nécessite souvent de passer par des phases d’expérimentations plus ou moins heureuses. Alors si je peux éclairer un tant soit peu votre lanterne, c’est avec plaisir que je me livre à cet exercice.

Ce qu’implique le végétal

Soyez conscients de ce qu’implique une coloration végétale, tant au niveau des points positifs que négatifs car ils forment un tout dont il convient d’avoir connaissance avant de se lancer. Commençons par le positif :

  • Les produits sont naturels et respectueux du cheveu qu’ils viennent gainer tout en leur apportant du soin, donc pas d’agression en vue et une chevelure préservée.
  • Le rendu est très naturel et les reflets changent en fonction de la lumière à laquelle vous êtes exposés, ce qui rend la palette de tons assez riche et variée.
  • Les femmes enceintes et allaitantes peuvent l’utiliser.
  • Les cheveux blancs sont couverts à 100%.
  • On peut faire une coloration végétale après une coloration chimique mais il faut les espacer de plusieurs semaines et bien faire dégorger la première et toutes les substances indésirables qui l’accompagnent en réalisant des masques à l’argile blanche régulièrement (vous pouvez aussi y ajouter du lait de coco). Restez prudents en faisant un test sur une mèche avant de faire toute la coloration, vous pourrez ainsi constater si des réactions apparaissent au niveau des teintes.

Abordons maintenant le négatif :

  • Comme pour tout produit, vous êtes susceptible de faire une allergie même si c’est naturel donc n’hésitez pas à faire un test au préalable.
  • Les colorations se présentent généralement sous forme de poudre (il existe aussi des crèmes), il vaut mieux donc éviter de les respirer.
  • L’odeur reste sur les cheveux plusieurs jours et sent un mélange d’artichaut et de plantes, même après le premier shampoing.
  • Comme je vous le disais dans l’introduction, ce n’est pas une science exacte donc il peut être délicat de dire à quoi ressemblera le résultat à l’avance.
  • Même si elle est plutôt développée, la palette de possibilités est moins étendue qu’avec des colorations chimiques.
  • Il faut surveiller la composition de votre shampoing : bio, sans silicone et sans sulfates pour protéger votre couleur et vos cheveux.
  • Vous ne pourrez pas faire de coloration végétale après un lissage brésilien.

Allez chez un professionnel

Source : wepik.com

Après avoir réalisé mon premier henné blond toute seule, j’ai décidé de me rendre dans un salon végétal quelques mois plus tard (Coiffure ô naturel à la Ciotat) pour des raisons bien précises. En effet je voulais observer la gestuelle des coiffeuses lors de l’application de la couleur, mais surtout, j’ai pu leur poser toutes les questions qui me trottaient dans la tête (marque de coloration végétale et de soins utilisés dans ce salon, possibilités pour entretenir ma couleur, limites du naturel, résultats possibles en fonction de ma demande, mélange sur-mesure concocté spécialement pour moi etc…). J’ai même profité du temps de pose pour lire un livre sur la coloration végétale qui était à ma disposition, rien de tel pour enrichir mes connaissances. Comme vous pouvez vous en douter il n’y a pas mieux qu’une équipe de professionnels pour vous rassurer, vous aiguiller et vous écouter puisque c’est leur métier. Avec tous leurs précieux conseils en poche, vous pouvez ensuite choisir de faire votre coloration vous-même à la maison si votre budget et votre temps sont limités.

Prenez le temps de la réflexion

Au-delà du choix d’une couleur végétale, ayez un projet bien précis de ce que vous souhaitez : camoufler vos cheveux blancs, apporter des reflets chauds, adopter un cuivre flamboyant, foncer toute votre chevelure etc… En effet le naturel ayant ses limites, vous ne pourrez par exemple pas éclaircir vos cheveux à moins d’avoir recours à un balayage à l’argile qui contient un peu d’oxydant et donc de produit chimique. Soyez donc sûre de vous car un retour en arrière n’est parfois plus possible.

Précautions d’usage

Choisissez bien la marque que vous allez utiliser, et lisez attentivement la liste des ingrédients pour vous assurer qu’il s’agit d’un produit de qualité et 100% naturel sinon vous pourriez avoir de très mauvaises surprises.

Lorsque vous allez mélanger vos poudres avec l’eau, n’utilisez pas de métal car cela altérerait leurs propriétés (comme pour l’argile). Réalisez votre mixture dans un saladier en verre ou en plastique et remuez avec une cuillère en bois ou en plastique également.

Le henné tâche, il est donc indispensable d’intégrer quelques bonnes habitudes : avant d’appliquer votre couleur, mettez un vieux tee-shirt auquel vous ne tenez pas, enfilez les gants fournis dans le carton d’emballage et enduisez le contour de votre visage et le dessus des oreilles avec une crème bien riche ou de l’huile de coco.

La première étape consiste à se laver les cheveux avec les produits les plus neutres possibles afin qu’aucune barrière n’empêche les pigments d’enrober le cheveu. Pour cela, utilisez un shampoing sans silicone et ne faites surtout pas d’après-shampoing ou de masque.

Le temps d’application peut être un peu long et fastidieux, et pour autant il faut éviter que le mélange ne refroidisse. Vous pouvez laissez votre contenant de coloration dans un fond d’eau chaude de votre lavabo pour y remédier.

Faites-vous aider

Si vous faites une coloration à la maison et que vous craignez d’oublier des zones hors de votre vue lors de l’application, demandez de l’aide à une personne de votre entourage qui procédera elle-même à la pose de votre couleur et ce, de façon uniforme. Cela vous évitera de trouver des mèches de teintes différentes par endroits.

Ne comparez pas

Il faut savoir que le résultat de votre coloration est personnel et individuel car il dépend tout simplement de votre couleur de base et celle-ci est déjà unique en soi. Le principe de la coloration végétale est qu’elle enrobe le cheveu au lieu de le pénétrer, ce qui explique le côté un peu aléatoire de l’effet attendu. Par ailleurs, chaque type de cheveux (abîmés, poreux, colorés chimiquement, pH) réagit à sa façon à cette coloration : ne vous comparez donc pas à quelqu’un d’autre pour essayer de vous projeter au niveau du rendu. En revanche, référez-vous au nuancier figurant sur le packaging de votre produit pour avoir une idée globale par rapport à votre couleur actuelle. Cet aspect du sujet est la raison pour laquelle je ne peux pas répondre précisément aux personnes me demandant ce que telle ou telle teinte pourrait donner sur leur chevelure du moment, car il y a trop de subtilités à prendre en compte, et par écrit c’est juste impossible de se prononcer.

Soyez patients

Contrairement aux colorations chimiques dont le temps de pose est d’environ 20 minutes, celui d’une coloration végétale est compris entre 1 et 2 heures mais il peut facilement doubler si vous choisissez de faire une couleur « en 2 temps ». Il faut donc prévoir large quand vous prenez rendez-vous en salon ou que vous la faites tranquillement à la maison. Dans le second cas, puisque vous êtes sur place cela ne vous empêche pas de télétravailler, faire du ménage, du rangement, lire, méditer ou autre. L’organisation sera donc le maître mot pour ce moment à vous.

L’autre point qu’il faut connaître est que le résultat que vous allez découvrir lors du rinçage n’est pas définitif. En effet, un phénomène d’oxydation s’opère en 72 heures et c’est à ce moment-là que la teinte et tous ses reflets vont se révéler. Cela concerne autant les cheveux pigmentés que blancs donc il est recommandé de ne pas se laver les cheveux durant ce laps de temps afin que la couleur puisse bien se fixer. Ne paniquez pas si votre reflet dans le miroir n’est pas tout de suite à la hauteur de ce que vous attendiez et laissez faire le temps. Si cela ne vous plaît pas vous pouvez aviser après ce délai de quelques jours.

Essayez le sur-mesure

Durant mes premières années de coloration je choisissais une teinte unique pour camoufler mes cheveux blancs, seule et unique raison de ma démarche. Au fil des mois je me rendais compte que je n’étais pas satisfaite, le rendu étant soit trop roux, trop blond ou trop foncé. Un jour j’ai tenté de mélanger deux teintes pour trouver un compromis et là je me suis enfin approchée de ce que je souhaitais vraiment. Il s’agit en l’occurrence du noisette naturel et du marron foncé de chez Khadi (si vous souhaitez bénéficier de – 10% sur votre première commande chez Onatera, envoyez-moi votre adresse mail à : naturelle.en.soi@gmail.com et je vous enverrai votre coupon de réduction). Le message que je veux vous faire passer, c’est de ne pas vous limiter à une seule teinte si cela ne vous convient pas. N’hésitez pas à mettre ensemble deux, trois voire même quatre poudres et voyez ce que cela donne. Vous pouvez toujours rectifier la fois suivante ou même au bout de quelques jours seulement. Dans l’idée, c’est comme du sur-mesure dont vous allez finir par trouver le bon dosage, les possibilités sont donc assez nombreuses et vous laissent un large champ d’action. Cela suppose à la fois de la patience et de l’audace mais en faisant ces expériences vous arriverez à cibler petit à petit ce qui vous convient. Pour jouer la carte de la prudence, réalisez un test sur une mèche isolée et voyez si cela vous plaît.

Le cas des cheveux blancs

Vaste sujet qui suscite beaucoup de questions dont je n’ai pas toutes les réponses puisque je ne suis pas une professionnelle. Je vais donc vous livrer mes quelques connaissances en la matière car je suis concernée par cette problématique depuis plusieurs années. Je vous invite d’ailleurs à aller lire mon article sur le test de la coloration Logona et celui sur la coloration Khadi en 2 temps. Pour que vous ayez un aperçu de mes cheveux en ce moment, voici une photo prise il y a moins d’un mois (la tête fatiguée au milieu de cette période intense, c’est cadeau^^).

Si vous avez une faible proportion de cheveux blancs vous pouvez opter pour une simple coloration que vous laisserez poser plus ou moins longtemps selon l’intensité recherchée. Vous obtiendrez alors un effet méché puisque les cheveux blancs garderont toujours une teinte différente du reste de la chevelure (pour rappel : la coloration végétale enrobe le cheveu et ne pénètre pas à l’intérieur). C’est ce que je fais maintenant depuis 4 ans environ, et pour le moment je suis satisfaite mais on verra quand mes cheveux blancs deviendront beaucoup plus nombreux… Je me colore uniquement les racines et cet été j’ai appliqué le mélange éclaircissant de Ma planète beauté sur les longueurs et pointes pour apporter un côté ensoleillé à l’ensemble.

Il existe également ce qu’on appelle la coloration en deux temps, conseillée pour les personnes ayant environ 50% de cheveux blancs et qui souhaitent éviter d’avoir trop de démarcation entre ces derniers et le reste des cheveux. La première étape consiste à appliquer sur les cheveux blancs (ou la tête entière) une première coloration qui donne un résultat rouge ou orangé. La seconde étape peut être faite juste après ou dans les jours qui suivent, et permet de colorer ces mêmes cheveux (ou la tête entière) avec la nuance choisie. Ce 2 temps est particulièrement adapté si vous choisissez une teinte foncée contenant de l’indigo car ce dernier adhèrera mieux sur eux et permettra une bonne couvrance. Il me semble que vous pouvez aussi tenter cette méthode avec les teintes plus claires dont je vous parle au paragraphe précédent mais je ne sais pas trop le résultat que cela peut donner.

Comme je vous le confiais dans mon article, j’ai trouvé que le 2 temps était trop contraignant car cela nécessitait beaucoup de temps et d’organisation, surtout si l’on choisit les temps de pose les plus longs. Le résultat était bluffant car effectivement, il n’y avait plus cette différence entre les cheveux blancs et les autres, d’autant plus que j’avais appliqué la coloration sur l’ensemble de ma chevelure pour être certaine de n’oublier aucun cheveu blanc. Maintenant que je ne fais plus que les racines car la couleur obtenue était bien trop foncée, trop éloignée de ma couleur d’origine, je trouve plus compliqué (en tous cas dans ma tête car je ne l’ai jamais fait) de viser uniquement les cheveux blancs un peu éparpillés ici et là lors de chacune des étapes. Dans tous les cas, sachez que les cheveux blancs ne sont pas incompatibles avec le naturel et peuvent être pris en charge de cette façon-là sans aucun problème.

J’espère que ces conseils vous auront aidé à y voir un peu plus clair. Si vous souhaitez allonger cette liste grâce à vos connaissances ou si vous êtes un(e) professionnel(le) de la coloration végétale, n’hésitez pas à laisser un petit (ou grand^^) commentaire.

En attendant de vous retrouver dans un prochain article, prenez soin de vous ♥


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s